Pièces détachées, quelle stratégie pour votre ancienne ?

Une voiture ancienne est exposée aux aléas du temps. L’achat de pièces détachées, qu’il s’agisse de pièces d’usure ou de pièces nécessaires à une retauration, fait partie de la vie de son heureux propriétaire. Parfois, ces achats virent au cauchemar. Face aux pièces hors de prix ou simplement introuvables, le collectionneur doit établir une véritable stratégie, idéalement avant même l’achat de sa voiture. Voici trois recommandations utiles pour une bonne gestion de vos futurs achats de pièces détachées.

Se doter d'un bon réseau de fournisseurs

Le marché des pièces de voitures anciennes est particulièrement fragmenté et spécialisé. Il y a un nombre limité de fournisseurs par marque et par modèle dans chaque pays. Il est aussi nécesaire dans certain cas d’acheter ses pièces à l’étranger, dans le pays de production de la voiture par exemple. C’est aussi une manière d’obtenir de meilleurs prix.

Ainsi, il est souhaitable d’identifier les principaux fournisseurs de pièces détachées pour un modèle que vous souhaitez acheter. Il s’agit de connaitre ces fournisseurs locaux et internationaux en fonction de leur spécialité et du type de stock dont ils disposent. On trouve rarement toutes les pièces pour un seul modèle chez un même fournisseur. De plus, certains se spécialisent dans la reproduction de pièces, d’autres dans leur restauration. Avec, à chaque fois, un niveau de qualité variable. Ce travail d’inventaire permet de ne pas être pris au dépourvu lorsque survient la panne.

Faire les mises à niveau nécessaires

Maintenant que vous connaissez les principaux fournisseurs de pièces pour votre voiture, vous réalisez que certaines pièces s’annoncent difficiles à trouver. Vitrage, phare, pare chocs, pneus d’origine, éléments électriques…il est parfois impossible de retrouver certaines. Il y a des reproductions qui peuvent pallier à leur disparition, et puis il y a les « mises à niveau » inévitables.

Ainsi certains profils de pneu sont difficiles à retrouver, surtout à des prix raisonnables. Le Michelin TRX par exemple, qui était particulièrement inovant à son lancement en1975 au point d’équiper un nombre considérable de voitures sportives dans les années 70-80 (Alpine A310, Ferrari Testarossa, BMW série 5-6…), est un pneu aujourd’hui très cher. Un changement de roue et un passage aux normes actuelles permettent de faciliter l’entretien des pneumatiques de son ancienne.

De même, certains types de caoutchoucs, certaines plaques de frein, fusibles ne sont simplement plus disponibles, notamment pour des raisons réglementaires. Ainsi, les garnitures de frein en amiante sont désormais interdites. Il faut se faire une raison et accepter qu’une ancienne ne soit pas exactement d’origine.

Faire confiance aux clubs de passionnés et aux bourses de pièces détachées

Trouver une pièce rare est difficile, surtout lorsqu’on n’a pas un réseau de fournisseurs. Il est alors utile de consulter les clubs et les associations de passionnés. Cela peut d’ailleurs être le début d’une belle aventure, car la passion de la mécanique se partage aisément, par delà les frontières…Les clubs forment un maillage précieux dans la vie des anciennes. Ils orientent les amateurs et identifient les experts fiables. Ils connaissent les bonnes adresses, et sauront souvent vous guider.

De même, des bourses de pièces détachées ont lieu régulièrement. Dans une ambiance généralement bon enfant, elles réunissent des passionnés qui ont parfois la perle rare dans leurs caisses. Ces bourses se retrouvent dans toute l’Europe, lorsque les conditions sanitaires le permettent.

Enfin, différents acteurs du web s’efforcent de développer une offre de type « marketplace » permettant à chacun de proposer des pièces détachées. Celle-ci est ouverte aux professionnels et parfois aux amateurs disposant d’un lot de pièces. On retrouve les grands sites de ventes en ligne (ebay), certains sites spécialisés dans la vente de voitures anciennes (tels bringatrailer aux Etats Unis, lesanciennes en France, erclassics aux Pays Bas, oldtimer-markt en Allemagne) et d’autres acteurs de niche, comme bakelit . eu, qui rassemble l’offre de plusieurs fournisseurs.

Conclusion

Il est difficile d’imaginer la complexité liée au fait de trouver certaines pièces détachées avant d’avoir acheté un véhicule ancien. Relevant du travail de détective, certaines recherches peuvent durer plusieurs semaines et conduire les collectionneurs à prospecter dans des pays parfois lointains. Il est cependant possible d’anticiper les difficultés en établissant une véritable stratégie avant l’acquisition même d’une ancienne. En concertation avec les clubs de sa région, et éventuellement avec son garagiste, il est utile de dresser une liste des fournisseurs fiables et d’envisager les mises à niveau à faire (pneumatique, électricité…) pour se faciliter la vie.

Share:

Plus de blogs

Envoyez nous un message