Merci M. Flaminio Bertoni

Après la seconde guerre mondiale, la France a perdu la plupart de ces constructeurs de prestige. C’était la fin d’une tradition artisanale qui fascine aujourd’hui encore. A partir de 1945, c’est surtout Citroën qui perpétuera cette tradition, notamment à travers la DS puis de la SM à moteur Maserati. Un designer d’origine italienne, Flaminio Bertoni (1903-1964), sera au cœur de ce petit miracle automobile. Retour sur l’œuvre exceptionnelle de ce designer mal connu, bien qu’ayant dessiné des voitures aussi remarquables que les Citroën Traction Avant, la Citroën DS et la Citroën 2CV.

Citroen-DS_19_bertoni

Dessinateur, sculpteur...et designer automobile

Né 10 janvier 1903 en Italie, Flaminio Bertoni est recruté comme apprenti à 15 ans par un carrossier de Varese, la Carrozzeria Macchi. Il débute à l’atelier de menuiserie et se fait rapidement remarquer pour ses dons de dessinateur. Il poursuit une formation artistique et se passionne pour la sculpture à l’École des beaux-arts de Varèse. Il imagine alors son premier design automobile, de style futuriste, et dépose un brevet pour l’ouverture pneumatique des vitres de voiture. Bertoni fait un voyage d’étude en France, à Paris, en 1923. Il travaille pour différents carrossiers (Felbert, puis Manessius). Il retourne à Varèse ou il ouvre son bureau d’étude. Contacté par André Citroën en 1932, il prend la direction du service du « Style » de Citroen. Commence alors une collaboration extraordinaire pour la marque aux deux chevrons.

flaminio bertoni

Premier coup de maître, la Citroen Traction Avant

Il aura fallu quelques mois seulement à Flaminio Bertoni pour créer sa première oeuvre majeure, la Traction. En collaboration avec André Lefebvre, il prépare deux prototypes de la traction qui sont présentés fin août 1933 à André Citroën. Moins d’un an après, le véhicule est commercialisé, remportant un immense succès auprès d’une clientèle qui découvre des innovations telles que la caisse monocoque autoporteuse, la traction avant, les quatre roues indépendantes, les suspensions par barres de torsion, les freins à commande hydraulique, ou encore la culasse à soupapes en tête culbutées. Produite pendant 23 ans, la Traction sera déclinée en de nombreuses versions, des plus utilitaires aux plus exceptionnelles. Mentionnons par exemple les très exclusives Citroën Traction 11AL/BL coupé et cabriolet, ou la Citroën Traction 7S roadster…

traction avant bertoni

La Citroën 2CV, un objet de design populaire

Deux ans plus tard, Bertoni frappe à nouveau. Il commence à travailler sur le projet « TPV », pour Toute Petite Voiture, qui deviendra la fameuse Citroën 2CV. Inspirée du constat que la voiture est alors inaccessible aux communs des citoyens, la Citroën 2CV a un cahier des charges très précis, visant à innover à moindre coût. Dès 1936, Bertoni propose une esquisse de la voiture. Il la reprendra plusieurs fois jusqu’à son lancement effectif après la guerre. Présentée au Salon de Paris en 1948, elle poursuivra sa carrière jusqu’en 1991, obtenant un succès commercial inédit avec plus de 5 millions d’exemplaires vendus.

La 2CV incarne tout le génie de Citroen et de Bertoni réunis. D’un coté, elle présente des qualités dynamiques exceptionnelles pour l’époque et compte tenu de sa faible puissance. 60 km/h, 3 litres au 100, moins de 500kgs…c’est une micro voiture très efficace sur tous les terrains, notamment grâce à une suspension révolutionnaire à quatre roues indépendantes par bras tirés arrière. Elle offre par sa ligne un style original et attachant. C’est un objet de design à part entière. L’équilibre et la fludité des formes en font une icone de son époque au même titre que la coccinelle VW.

Citroen 2cv bertoni

La Citroën DS, chef d'oeuvre absolu

Bertoni commence à travailler sur la Citroën DS dès 1938, initalement dans le cadre d’un projet visant à restyler la Traction. Après guerre, la direction de Citroen demande à Bertoni d’imaginer une toute nouvelle auto. Celui-ci sculpte alors différents prototypes inspirés de la forme d’une goutte d’eau entre 1953 et 1954. Jusqu’à produire la Citroën DS, qui sera lancée en 1955. Bertoni redessinera l’avant de la voiture en 1963 pour en faire un objet de design culte et évocateur des « trentes glorieuses » françaises. Plusieurs variations en seront proposées (Citroën DS 19, Citroën DS 21, DS23, ID19, ID20, et ID21), y compris une version plus luxueuse baptisée Citroën DS Pallas.

Son style fascine encore aujourd’hui. Elle obtient en 1957 le prix d’art industriel de la Triennale de Milan. Elle suscite des vocations, notamment chez les carrossiers de l’époque. Henri Chapron sera ainsi subjugé par sa ligne et en produira des versions coupés et cabriolet, pour son compte et pour celui de Citroen, qui font aujourd’hui partie des voitures les plus recherchées au monde. Son futurisme, symbole de confiance dans la modernité, inspirera jusqu’aux philosophes qui tel Roland Barthes lui dédiera des pages restées célèbres.

L'héritage sous-estimé de Flaminio Bertoni

Après la disparition brutale de Bertoni, en février 1964, ses assistants, Henri Dargent et Robert Opron, s’inspireront de sa vision et de ses méthodes pour produire la SM à moteur Maserati puis la GS et la CX. Mais Bertoni demeure irremplaçable.

Son nom est pourtant mal connu aujourd’hui. Est-ce parce qu’il n’a pas créé ses voitures dans le cadre de son propre cabinet d’études, comme Sergio Pininfarina ou Giovanni Bertone en Italie ? Un musée lui est dédié dans sa commune d’origine en Italie. Des expositions sont ponctuellement organisées, en 2003 et 2004 par exemple. C’est finalement surtout de ses voitures que le monde se souvient aujourd’hui. Et pour celles-ci, merci Monsieur Bertoni.

citroen ds flaminio bertoni

Share:

Plus de blogs

Envoyez nous un message