L’incroyable traversée de Paris

C’est un miracle assurément. Dimanche 31 janvier 2021, quelques 700 voitures anciennes ont traversé Paris. Malgré la crise sanitaire, les restrictions multiples et la peur ambiante, la magie des voitures de collection a encore opéré. Le temps d’une matinée pluvieuse, on a pu partager un moment solidaire et convivial. Et pourtant ce n’était pas gagné.

La traversée de Paris, une institution

La Traversée de Paris permet de réunir des véhicules d’époque (automobiles, motos, vélos, utilitaires légers, bus et même tracteurs) pour traverser la capitale française, deux matinées par an. C’est une mise en lumière du patrimoine automobile parisien avec des véhicules populaires ou rares, luxueux parfois, et toujours entretenus avec passion par leurs propriétaires. Deux fois par an, les rues de Paris s’animent au son des gimbardes d’antant pour une traversée déjantée de Vincennes à Vincennes.

La préfecture a finalement donné son accord à la traversée de Paris

Jusqu’au bout, les organisateurs de la traversée de Paris ont bataillé et craint une annulation de la préfecture. Il aura fallu trouver un compromis, et suivre un protocole scrupuleux, pour que l’accord soit donné. D’abord, le très prisé café-croissant au départ du château de Vincennes n’a pu être servi. Interdiction de stationner et de sortir de leurs véhicules sur le parvis. Le pique nique place de la Nation aussi a été annulé. Durant la traversée, les arrêts ont été autorisés. Mais il fallait éviter les rassemblements trop importants lors des pauses. Et bien sur respecter les gestes barrières ! Bref c’était une traversée un peu moins triomphale qu’à l’habitude. Mais peu importe, le coeur y était. Et le public aussi, toujours aussi charmé par ces gimbardes en ballade…

Un petit matin frisquet devant le Château de Vincennes

Plusieurs centaines de véhicules d’époque étaient donc présents, en ce 31 janvier, à 7h00 du matin sur l’Esplanade du Château de Vincennes. Cette année, le parcours d’une vingtaine de kilomètres passait par plusieurs hauts lieux de la capitale dont le Grand Palais, qui a hébergé de 1901 à 1961 le fameux salon de l’Auto parisien. C’est ici que furent présentés pour la première fois des modèles aussi mythiques que la DS 19 en 1955. Le premier arrêt du parcours a eu lieu Place de la Concorde, autre haut lieu symbolique de Paris. Vers 10h00, quelques centaines de Parisiens masqués se retrouvaient ainsi au cœur de la capitale pour admirer certains bolides exceptionnels. Facel Vega, Triumph, Excalibur, Pontiac, Austin, Delahaye, Delage, Hotchkiss, Salmson, Sunbeam…on ne savait plus où donner de la tête.

Et que dire de cette superbe Porsche 928, qui a réalisé deux Tours du monde ? En 2011 et 2016, Philippe Delaporte effectuait à son volant deux périples de respectivement 24 000 kms (Paris-Persépolis), et 16 300 kms (Paris-Tokyo). Qui a dit que la Porsche 928 était une GT destinée aux seules autoroutes allemandes ? Cette année on aura vu bien d’autres voitures et engins motorisés. Des Ferraris Daytona, 365B, Ford Mustang, MG B, Alpine 110…et même un charmant solex 5000.

Mais ce que nous retiendrons de ce jour particulier est que la passion pour les anciennes n’a pas disparu. Et que l’engouement du public ne se dément pas. Les salons automobiles sont annulés et les clubs de passionnés de voitures anciennes ne peuvent plus se réunir…ce n’est pourtant que partie remise. Chacun attend désormais le printemps pour pouvoir partager à nouveau le plaisir des voitures d’époque. Veillez à garder impérativement les distances sanitaires entre les personnes, porter un masque, utiliser du gel hydroalcoolique en raison du COVID 19.

Share:

Plus de blogs

Envoyez nous un message