Le marché des voitures anciennes face au coronavirus

La pandémie du coronavirus a ouvert une ère d’incertitudes économiques. Elle a touché aussi la communauté des collectionneurs, qui ont vu nombre d’événements annulés. Réunions de fan clubs, road trips, enchères…notre communauté doit ronger son frein. L’heure est à l’entretien de nos chers bolides, en attendant de nous retrouver sur les routes.

Un marché résilient

Cependant, les premières observations montrent que le marché des voitures anciennes résiste bien. L’automobile de collection prouve, comme en 2007-2008, qu’elle constitue un excellent outil de protection face aux fluctuations financières. Objet de plaisir et investissement judicieux, elle garde sa valeur lorsque l’incertitude économique augmente.

Ainsi, les indices de prix des voitures anciennes affichent une solidité remarquable. L’indice Hagerty par exemple affiche une grande stabilité depuis mai 2020, après avoir subi une baisse sur mars-avril 2020 (-2.4%), essentiellement due au fléchissement des voitures les plus chères du marché. La catégorie de prix « Blue Chip », qui avait beaucoup progressé depuis 2015, se déprécie de près de 10%, mais les prix des catégories de voitures les plus abordables restent stables ou progressent malgré la crise.

online oldtimers team

Comment le marché des voitures de collection s'ajuste

Cette solidité des prix s’inscrit dans le contexte d’une mutation accélérée du marché des voitures anciennes. La pandémie joue ainsi un rôle de catalyseur de la numérisation et de la globalisation du marché. Certaines maisons d’enchères ont ainsi choisi de basculer vers une offre 100% numérique. Les sites de vente en ligne voient eux leur trafic exploser durant la période de confinement et depuis lors.

Que se passera-t -il dans les prochains mois, alors notre économie se redresse progressivement ? Les avis sont partagés et la prudence reste de mise. Après la crise de 2008, certaines catégories de voitures anciennes avaient vu leur prix s’ajuster à la baisse, de l’ordre de 20%, en particulier celles dont la cote s’était la plus appréciée auparavant. Des opportunités étaient alors apparues et le marché avait poursuivi son évolution à la faveur des youngtimers. La cote des voitures anciennes avait ensuite rapidement repris sa trajectoire haussière après 2008, bénéficiant largement de la reprise de l’activité dans les années suivantes.

Optimism et prudence

Ainsi, on reste optimiste sur l’avenir à moyen terme du marché des voitures de collection. Dans un climat d’incertitude et de surabondance monétaire, cette dernière est une classe d’actifs supérieure, offrant une véritable rareté. Elle est surtout un immense objet de passion pour les collectionneurs, au même titre que nombre de produits vintage pour lesquels la demande reste soutenue (disques vinyle, ameublement des années 60, mode vintage…).

Elle bénéficie enfin d’une mutation profonde du secteur, avec l’apparition de nouveaux outils de vente 100% en ligne. Basés sur une participation forte de la communauté des collectionneurs et une exigence de transparence de la part des vendeurs, ces outils donnent une dimension globale et une liquidité inédite au marché des voitures anciennes, y compris pour les modèles les plus accessibles.

Share:

Plus de blogs

Envoyez nous un message