Comment soigner la carrosserie de sa voiture ancienne ? L’art du detailing.

Une voiture de collection est généralement un plaisir pour les yeux. Un objet d’art diront certains. Et pour un collectionneur garder son bolide aussi beau que possible n’est pas une chose anodine. Il est ainsi tentant de vouloir traiter la carrosserie avec des produits spéciaux dits de detailing (la mode vient des Etats Unis). On ne compte plus désormais le nombre de produits destinés à lustrer, cirer, polisher, protéger voire même « restaurer » les peintures des véhicules. Il en devient difficile de choisir. Surtout, il n’est pas évident de distinguer l’utile du superflu, et même du dangereux. Voici un état des lieux (critique) du marché des produits de detailing.

Polisher, cirer, lustrer : quelles sont les différences ?

Le nettoyage approfondi des voitures ou detailing s’impose progressivement comme un métier à part entière. Cette activité a son propre jargon, ses vedettes sur youtube et ses techniques bien spécifiques. Elle permet aux collectionneurs de disposer d’un éventail élargi de produits pour nettoyer sa voiture ancienne.

L’objectif est toujours le même, éliminer les dépôts qui se sont formés sur la carrosserie. Après un nettoyage classique (eau plus détergent adapté), il est envisageable de « polisher » sa voiture, c’est à dire d’appliquer un produit plus ou moins abrasif pour rendre la peinture plus lisse et plus brillante. On distingue le « polish » simple, peu abrasif, du polish « compound » qui enlève une couche plus substantielle de peinture et ne doit être utilisé qu’occasionnellement. Ces produits de detailing pour voitures peuvent s’appliquer à la main mais l’usage d’une polisseuse (idéalement orbitale) est recommandée pour éviter les traces irrégulières. Il est essentiel d’utiliser des embouts de polisseuse adaptés à chaque type de produits selon leur dureté.

Notons ici que dans le cadre d’une restauration légère un ponçage à l’eau peut être fait préalablement au polish. La polisseuse peut être utilisée pour un ponçage homogène et les papiers de verre les plus fins sont indispensables. Attention cependant, ce type d’exercice nécessite un véritable savoir faire et peut endommager la peinture s’il n’est pas fait dans les règles de l’art (voir la partie 3. faire confiance aux carrossiers).

Vient ensuite le travail de finition. On applique généralement des produits de lustrage ou de cirage qui ne présente pas de difficulté majeure. Les produits de lustrage visent essentiellement à faire briller alors que la cire doit davantage protéger la peinture. Les detailers appliquent généralement l’un puis l’autre pour un rendu optimal.

A envisager avec prudence, les traitements de longue durée (céramique, re-vernissage, film protecteur)

Le monde du detailing apporte son lot d’innovations, potentiellement utiles aux collectionneurs de voitures anciennes. Celles-ci sont à envisager avec prudence, car la voiture ancienne diffère d’une voiture d’occasion ordinaire du fait qu’elle est destinée à être conservée à long terme dans son état d’origine et aussi en raison des teintes spécifiques de sa peinture liées au vieillissement. Mentionnons cependant trois techniques de traitement de longue durée intéressantes pour les voitures de collection :

  • Le revernissage de la peinture (« clear coating »). L’avantage est de conserver la peinture d’origine en ne renouvelant que la partie superficielle. Cette technique nécessite un ponçage du vernis d’origine qui peut s’avérer délicat. Notons que des bombes spray de vernis sont en vente dans le commerce, sans toutefois égaler la qualité d’un vernissage chez un carrossier.

  • Le traitement céramique. C’est probablement une option les plus intéressantes pour pérenniser les effets d’un nettoyage approfondi d’une voiture. La protection céramiques se fixe en effet au vernis d’origine et constitue une seconde couche, lisse, résistante et durable. Ce traitement de protection est difficilement altérable et dure plusieurs années. Basée sur les nanotechnologies, le traitement céramique forme une seconde couche sur le vernis, préservant la voiture de l’oxydation, des acides et des Uvs. Elle est cependant nettement plus onéreuse qu’un simple cirage.

  • L’application d’un film plastique sur la carrosserie (« covering »). Technique particuliérement innovante, la pose d’un léger film plastique sur la carrosserie est une piste prometteuse pour l’avenir. Relativement confidentielle en dehors des Etats Unis, cette technique offre l’avantage de protéger durablement la voiture de l’éjection de gravillons, de l’abrasion et des ultraviolets, sans modifier la peinture. Le film plastique est prédécoupé sur mesure et peut être retiré. Sa pose nécessite impérativement l’intervention d’un prestataire spécialisé.

Faire confiance aux carrossiers (même si ce n'est pas toujours facile)

Le foisonnement d’innovations dans le domaine du detailing offre beaucoup d’options intéressantes pour les collectionneurs.

Il permet d’envisager différents travaux, de la simple valorisation à la restauration légère. Le polissage est en ce sens un art qu’il est utile de maitriser lorsqu’on aime son ancienne. Cependant, dans bien des cas il est recommandable de faire confiance aux carrossiers de profession. D’abord parce que les peintures anciennes sont fragiles et peuvent mal réagir sous l’effet de certains produits. Ensuite parce que la restauration d’une peinture, même légère, peut mettre en lumière des imperfections que le novice me soupçonne pas. Peinture et carrosserie vont de pair, si bien que l’oeil du professionnel est souvent nécessaire pour faire les bons choix.

Share:

Plus de blogs

Envoyez nous un message